AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Mythologie Kabyle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Botti
Ecrivain reconnu
Ecrivain reconnu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2711
Age : 26
Où demeures-tu ? : Dans le palais de la Nuit Eternelle
Ton livre préféré ? : Les liens du sang
Ta lecture en cours ? : Les Âmes vagabondes
Avertissements : 3
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: La Mythologie Kabyle   Dim 24 Aoû - 17:17

La Mythologie Kabyle


La création du monde - Cosmogonie

A côté de ces éléments mythiques, théogoniques, étiologiques, quelques traits encore permettent d'appréhender la cosmogonie mythique.

La Première Mère du Monde, le premier couple, les premiers hommes seraient apparus sur terre, sur cette face visible, en sortant d'un autre monde, monde souterrain, invisible, mais peuplé, monde obscur, monde des ténèbres, autre monde où règne la stérilité, où tout est à l'inverse du monde humain, civilisé. Ce monde souterrain est l'envers du monde où nous vivons, du monde des hommes, conquis par les hommes, du monde organisé et fécond.

En apparence bien des choses sont semblables : paysages, forêts, montagnes, ravins, activités pastorales, et cependant tout y est antinomique de ce qui existe dans le monde humanisé : les moutons sont noirs, noir aussi le lait des chèvres réduites à paître des cendres et des charbons ; lorsque l'ogresse se hasarde à tenter d'accomplir une activité productive, c'est à une dérision de cette activité qu'elle se livre, aussi le héros, précipité dans ce monde-là, doit-il agir de façon à dénoncer ces « inversions » : il amène l'ogresse à détruire sa propre literie, à jeter ses instruments de cuisine, à parodier le jardinage, voire même à manger ses propres enfants.

Dans ce monde souterrain d'où sont sortis le premier homme et la première femme se trouvent des êtres étranges, toutes sortes de génies, des géants comme les ogresses et les ogres, ou nains, qui y pullulent, comme les fourmis avec qui ils ont peut-être quelque parenté. Entre cet « autre monde » et celui des hommes, des communications peuvent exister : les puits permettent ce contact, les grottes, parfois une porte, ou une dalle de fer en ferme l'entrée ; communications empruntées par des médiateurs : héros des contes, génies, serpents et aussi les morts en contact avec cet au-delà et confiés à la terre dont ils peuvent assurer la fécondité. Il est un moment où ce monde souterrain menace plus particulièrement d'envahir le monde des hommes, c'est la nuit pendant laquelle les habitants de l'autre côté de la terre viennent volontiers hanter les parages humains. La nuit pendant laquelle, comme dans l'autre monde, seuls les plus valeureux où les plus pieux des hommes peuvent vaincre les forces surnaturelles néfastes.

Un mythe explique la succession du jour et de la nuit par des rôles dévolus à deux frères dévidant deux pelotes : l’une de fil blanc et c'est le jour, l'autre de fil noir et c'est la nuit.

Personnages de la mythologie kabyle

La Première Mère du Monde

Un des personnages les plus intéressants est une certaine « Première Mère du Monde » (Yemma-t n dunnit) — femme ambivalente dans sa jeunesse mais dont la maturité a développé la malfaisance, à l’égal de ces vieilles femmes aigries, qualifiées volontiers par les hommes de « vieilles sorcières » : elle est la plus grande d'entre elles, la grande Settut. Voici quelques-uns de ses hauts faits.

Néfaste ou bonne selon son age, elle éprouve de la joie à faire le mal, si bien qu'elle apporte surtout le malheur aux hommes. On lui doit les éclipses qu'elle a créées en captant le soleil qu'elle fit choir dans un miroir d'eau, éclipses qui, depuis, reviennent tous les cinq ans.

Un mal en entraînant un autre, elle a institué le sacrifice d'un enfant, seul capable de mettre un terme à chaque éclipse. Elle a créé les nuages à partir des bulles formées par l'agitation de son miroir d'eau. Elle aurait pu aussi créer les étoiles qui ne seraient autres que les dents de la faucille dont elle agitait le même miroir. A cette création plutôt positive, elle aurait ajouté une création animale bienfaisante : on lui devrait les moutons ; c'est elle, en effet, qui, avec la farine moulue de son moulin à main, aurait modelé la pâte qui aurait donné naissance au mouton. Mais ne pouvant produire quelque chose d'entièrement satisfaisant, des traces de suie sont demeurées sur ses mains et c'est depuis ce temps que les moutons ont la tête noire.

La vocation essentielle de cette Yemma-t n dunnit, c'est de dispenser de mauvais conseils. Et c'est ainsi qu'elle institua la mort définitive pour tous les hommes en conseillant à une jeune mère de demander la mort définitive pour son enfant dans l'espoir de le revoir bientôt. Instauratrice de la mort des hommes, sa malfaisance se fait encore sentir au sein de l'humanité vivante, car elle est responsable de la première dispute qui créa la discorde au sein de la grande maison de l'humanité. Au fur et à mesure que cette dispute s'envenimait, le langage des hommes se déformait peu à peu au point de devenir incompréhensible aux autres : ainsi seraient nées les sept premières langues du monde, sanctionnant l'incommunicabilité ainsi instituée par la Première Mère du Monde.

Un autre de ses mauvais conseils devait créer les singes dont l'ancêtre n'est autre qu'un jeune garçon que la grande Settut a amenés à souiller un plat de couscous. Bien des animaux portent la marque de sa méchanceté : le hérisson n'a pu se débarrasser des dents d'une carde avec laquelle la Première Mère du Monde l'a battu. De même le porc-épic porte à jamais les esquilles de bois du fuseau de cette Settut, et la tortue n'est autre qu'un jeune taureau à qui elle a jeté les deux pierres de son moulin à main sur le dos et sur la poitrine.

Il n'est pas jusqu'aux vieilles à sa ressemblance qui ne lui doivent un sort funeste car, méchante et emportée, elle aurait insulté le mois de janvier à son terme, mais celui-ci se fit céder encore quelques jours par février (Amerdil) : il fit alors régner un temps si rigoureux que la Première Mère du Monde fut alors pétrifié, congelée, et depuis cet événement beaucoup de vieilles femmes succombent à cette époque de l’année.

La fourmi - tawettuft

Heureusement l'activité néfaste de la Première Mère du Monde peut être compensée par l'intervention d'un personnage plus bienveillant aux humains, il s'agit de la fourmi, tawettuft.

A l'opposé de Yemma-t n dunnit, la fourmi est bonne conseillère, on lui attribue un rôle d'initiatrice. Elle aurait expliqué aux hommes l'usage des créations : ainsi, lorsque Première Mère du Monde a eu créé les moutons, la fourmi a expliqué aux hommes comment utiliser leur viande pour se nourrir, leur laine pour se vêtir, et à les échanger contre l'indispensable complément de blé. Enfin, elle aurait institué les fêtes et montré aux hommes à sacrifier des moutons ou un bœuf en ces occasions. Initiatrice de rites, initiatrice de l'élevage, elle aurait ainsi incité les taureaux sauvages à se laisser domestiquer par l'homme. Elle aurait encore appris l'agriculture aux hommes en leur montrant comment un grain de blé planté après les pluies produisait beaucoup d'autres grains de blé. C'est elle aussi qui aurait montré au premier couple à faire du pain, en écrasant le grain avec une pierre, en faisant du feu avec deux pierres et des herbes sèches et en y faisant cuire de la pâte.

Les Gardiens –

Contrairement aux ogresses qui hantent spécifiquement l'espace sauvage, les Gardiens sont plus familiers et sont présents partout y compris, et peut-être, surtout au sein du monde habité par les hommes.

Le plus familier de tous est le gardien de la maison aεasas bwuxxam dont la présence invisible préside à toute la vie familiale et que chacun se soucie de contenter. Si, d'aventure, il se trouve dans la maison quelque saillie de rocher, c'est là, à coup sûr, que le gardien a élu domicile et l'on ne manque pas d'y tenir une lampe allumée lors des fêtes. Les lieux d'élection des Gardiens sont aussi les champs cultivés, les arbres remarquables par leur situation, leur aspect, leur taille ou leur rapport, quelque grotte, etc. Il ne faut pas manquer de les saluer à l'occasion, manifestant le respect qui leur est dû. Car ils sont les délégués du Maitre du Monde, Agellid Amuqran, chargés par Dieu de veiller sur les actes des hommes.

De tous ces biens : terres, champs, maisons, l'homme n'est que le locataire. « Tout est à Dieu », et les Gardiens sont les sentinelles de Dieu qui veillent au bon usage des biens terrestres comme à la bonne conduite des humains. En revanche, ils peuvent intercéder auprès de Dieu en faveur des hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Botti
Ecrivain reconnu
Ecrivain reconnu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2711
Age : 26
Où demeures-tu ? : Dans le palais de la Nuit Eternelle
Ton livre préféré ? : Les liens du sang
Ta lecture en cours ? : Les Âmes vagabondes
Avertissements : 3
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: La Mythologie Kabyle   Dim 24 Aoû - 17:18

Les ogresses et les ogres

Les ogresses, agents stérilisateurs, seraient en fait des femmes déchues. Dans les temps mythiques des origines, à l'époque des premiers hommes et des premières femmes qui seraient sortis sur terre à partir du monde souterrain, les uns et les autres vivaient séparés. C'est aux femmes que serait revenue l'initiative du premier rapport sexuel et alors les femmes dominaient les hommes. Mais ceux-ci, avec des pierres qu'ils assemblèrent, se mirent à construire des maisons où, désormais, se tinrent les femmes, qui, du même coup, tombèrent dans la dépendance masculine.

Mais une femme et un homme préférèrent poursuivre une vie sauvage, sans maison, et c'est ainsi que la femme devint teryel, l'ogresse cannibale, et l'homme devint le lion.

Il existe une Ogresse, parmi les autres, bien connue dans les contes Kabyles qu'on nome Teryel. Teryel est une femme active, maîtresse de son "destin", autonome, entière et insoumise parfois sauvage, indomptée et dangereuse.

Un mythe attribue à l'une d'elles -Ogresses- la maternité de tous les ogres (pl:Iwaγzniwen sing:Waγzen) qu'elle aurait enfantés pour avoir consommé les feuilles d'or d'un arbre extraordinaire. Plus que les ogres qui leur paraissent subordonnés, elles sont maîtresses de l'espace sauvage où elles agissent à l'envers de tout ce qui se passe au sein du monde civilisé.

L'assemblée – Tajmaεt

Les Gardiens et d'autres puissances surnaturelles peuvent se réunir à l'occasion d'événements importants pour les hommes. En fait, la plupart des décisions prises par les villageois dans leurs assemblées ont été au préalable débattues par ces Puissances.

Elles apparaissent sous forme d'oiseaux de grande taille, des vautours, des aigles, et s'assemblent en quelque lieu élevé quand une décision grave est à prendre qui concerne les hommes. Ils seraient en réalité des hommes particulièrement pieux, dévots, des « derviches » ou fous, idiots, déjà disparus ou encore vivants. Leur accord est presque toujours unanime et les sentences prononcées peuvent aller de l'acquittement à quelque désastre climatique : grêle, sécheresse, sauterelles.

Médiateurs

Intercesseurs entre le surnaturel et les hommes sont aussi les conseillers, ces vieux hommes sages qui figurent dans les contes sous le nom d'Amγar Azemni (littéralement le vieux qui sait). Ce sont eux qui guident le héros et lui indiquent la bonne marche à suivre pour venir à bout de ses quêtes ou accomplir ses exploits. Médiateurs encore peuvent être les filles d'ogresse ou de génie qui utilisent la puissance héritée de leurs parents en faveur du héros et des hommes en général.

Animaux mythologiques – Lewhuc

Le monde est aussi peuplé, à l'occasion, d'animaux aux pouvoirs extraordinaires. Ainsi, le dragon féminin talafsa, sorte d'hydre à sept têtes, hante les forêts, les sources et détient l'eau dont toute une région, des villages, une ville, sont privés, si l'on ne lui sacrifie pas chaque année une jeune fille. Ce vieux mythe universelle du héros, sauroctone est très largement répandu en Afrique du Nord et bien connu en Kabylie tout particulièrement.

Presque tous les autres animaux peuvent avoir des fonctions mythiques, mais cette qualité parait être due à ce qu'il s'agit en fait tantôt de Gardiens (Iεasasen), tantôt de génies qui aiment à revêtir cette forme.

La fin du monde - Eschatologie

Enfin, un mythe eschatologique prédit la subversion du monde civilisé par cet envers du monde qu'est le monde chtonien. Cette fin du monde serait précédée de signes tels que la généralisation des ténèbres, la confusion du ciel et de la terre, la mise en mouvement des montagnes, un déluge de sept jours et sept nuits. Après quoi, le monde se retournera et un nain, sorte de tête à jambe, bras, œil et oreille uniques, sans tronc, une sorte de grylle envahira tout l'univers en se multipliant dans une pullulation effrénée, comparable à celle des puces ou des fourmis, semant le désordre, la sécheresse, la consumation et la stérilité.

Croyance populaire et interférences

Malgré des particularités propres à la culture kabyle, le mythe de l'antéchrist emprunte incontestablement le nom même de cet être, sinon ses caractéristiques, au dadjal musulman, cet antéchrist de l'islam, géant d'une grande beauté, séducteur des hommes, qui doit régner sur cette terre quarante jours avant d'être exécuté par le Mahdi ou par Jésus, près de La Mecque ou de Médine préalablement à la Résurrection et au Jugement Dernier.

Cette adaptation à l'Islam, cette islamisation de la mythologie se rencontre dans bien d'autres cas : ainsi peut-on voir cette Première Mère du Monde, Yemma-t n dunnit, initiatrice de la mort rencontrer l'opposition de Dieu lui-même qui sanctionne ses actes ou même peut inspirer à sa place la réponse de la jeune mère (dans le mythe de la mort). Ne la voit-on pas elle-même, dans certaines versions des mêmes mythes, relayée dans ses actes par Dieu lui-même, dans les mythes étiologiques par exemple : L'islamisation est encore plus fortement marquée en ce qui concerne les iεasasen, les Gardiens que l'on peut venir à appeler lmalayekat : les Anges.

Les lieux de culte manifestent de façon particulièrement sensible la continuité du sacré. Certaines grottes, certaines sources sont fréquentées assidûment depuis les temps préhistoriques jusqu'à nos jours, où l'on retrouve des traces de cultes préhistoriques, romains, préislamiques près de sanctuaires contemporains élevés à la gloire de quelque pieux personnage musulman. Continuité du sacré qui implique une permanence de la création mythologique et sa fréquente actualisation.

L'histoire elle-même peut se trouver intégrée, et parfois peut stimuler la pensée mythologique, la mythogénèse. Du lac du sang de tous les guerriers d'Espagne combattus et exterminés par les Kabyles du temps des invasions espagnoles serait né l'arbre aux feuilles d'or dont la consommation a engrossé une teryel (ogresse), donnant naissance aux quatre-vingts premiers ogres. D'une branche de ce même arbre né du sang espagnol seraient issus les deux arbres fruitiers les plus essentiels aux Kabyles : le figuier tanuklet et l’olivier tazemurt.

Il n'est pas jusqu'aux fort modernes inégalités contemporaines de la colonisation dont la création mythologique ne tente de rendre compte. Ainsi Dieu aurait chargé une jeune femme de cette mission : distribuer trois sacs contenant l'un de l'argent destiné aux Kabyles, les deux autres des puces pour les Arabes et les Européens (ou les juifs selon les versions). La méprise de la jeune femme fit que les deux sacs de puces échurent aux Arabes et aux Kabyles, tandis que l'argent fut dévolu aux Européens. Dieu en colère, transfroma la femme en corbeau pour la punir.

Les événements et phénomènes récents qui affectent profondément la vie des Kabyles eux-mêmes peuvent encore stimuler la création mythologique. C'est ainsi que certains arbres sacrés peuvent se voir parés d'attributions particulières. Un certain lentisque est ainsi devenu un « arbre d'appel » : les femmes qui, montées dans ses branches, lancent un appel à leur mari, leur frère ou parent proche émigré en France ne manquent pas de s'attirer une prompte réponse de l'absent, simple réponse épistolaire ou, plus fréquemment, retour en personne de l'émigré à l’étranger.

Ainsi l'apparente permanence mythologique ne doit pas être interprétée comme un indice d'immobilisme, de fixité ou d'archaïsme, car dans le moule de cette forme mythique se glissent très souvent des adaptations récentes, modernes, qui attestent le dynamisme de la création mythologique contemporaine Kabyle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La Mythologie Kabyle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quizz : La mythologie grecque
» [Mythologie Grecque] La création du monde
» Blog sur la mythologie
» Mythologie scandinave: L'Yggdrasil ou les neufs mondes
» Dragons, mythologie, figurines et cie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Livres Fantastiques :: L'agora :: La Mythologie :: Les mythologies-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit