AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 mythologie sur la belgique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
ichi
Ecrivain
Ecrivain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2047
Age : 25
Où demeures-tu ? : vive la belgique ^^
Ton livre préféré ? : principalement harry potter et Gemmel
Avertissements : 1
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: mythologie sur la belgique   Sam 7 Fév - 20:41

voilà ici je vais postez une ou deux mythologie sur la belgique, si vous en avez d'autre allez y Smile


bruxelles:

Manneken pis

Il y a bien longtemps, dans la belle ville de Bruxelles, habitait une sorcière. Comme souvent, en ce temps-là, les sorcières étaient vilaines et méchantes. Celle-ci n'échappait pas à la règle: dès qu'elle en avait l'occasion, elle faisait du mal aux gens. On la craignait beaucoup. Un mystère planait autour d'elle car on ne la voyait jamais pendant la journée, elle ne sortait que le soir, et, alors, personne ne savait où elle allait.
Dans le quartier où habitait la sorcière vivait aussi un vieillard qui était tout son opposé. C'était un homme bon et aimé de tous.
A cette époque, les enfants se promenaient souvent dans les rues et y rencontraient leurs petits copains. Un jour, un petit garçon passa dans ce quartier. Soudain, il fut pris d'une envie violente de satisfaire un besoin naturel, et c'est sur la façade de la maison de la sorcière qu'il se mit à pisser... Evidemment, il ne savait pas qu'elle en était le propriétaire. Remarquant le gamin en train de pisser sur la façade de sa maison, la sorcière se mit en colère et lui cria:
- Tu oses venir souiller ma maison! Et bien, pour ta punition, tu continueras toute l'éternité! Ensuite, elle disparut. Le bon vieil homme n'avait rien perdu de la scène: il sortit de chez lui avec une statue de pierre qu'il posa juste à la place de l'enfant. Il prit ensuite le gamin par la main et le reconduisit chez ses parents. Depuis, c'est la statue, et non le petit garçon, qui accomplit la tâche exigée par la sorcière...

il y a d'autre variantes mais j'ai pris celle la plus fantastique Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manga-jeux-livre.skyblog.com
ichi
Ecrivain
Ecrivain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2047
Age : 25
Où demeures-tu ? : vive la belgique ^^
Ton livre préféré ? : principalement harry potter et Gemmel
Avertissements : 1
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Sam 7 Fév - 20:52

Flande occidentale

Le fils du paysan à râves (Westhoek)

Il était une fois un pauvre paysan. Il ne vivait quasiment que de raves, c'est pourquoi on l'appelait knolleboer, le paysan à raves. Ce paysan avait trois fils. Les deux aînés tyrannisaient le plus jeune, ils se moquaient de lui et le méprisaient, pourtant, le benjamin était et restait honnête et bon. De knolleboer possédait un petit bout de terre très étrange car tout ce qui commençait à pousser là se trouvait, le matin venu, complètement anéanti. Après l'avoir laissé en friche pendant quelques années, pensant que la situation s'améliorerait peut-être, le paysan ensemença à nouveau le champ. Ayant appris l'histoire, le plus jeune fils décida d'aller veiller chaque nuit afin de connaître la cause de l'anéantissement des récoltes et trouver le moyen de l'éviter. Il se posta près du champ et se trouva soudain nez à nez avec trois fantômes... N'écoutant que son courage, il leur adressa la parole: - Pourquoi venez-vous ici, sur la terre de mon père? Et les fantômes lui répondirent à leur tour: - Nous sommes venus pour anéantir ces récoltes! - Mais pourquoi? continua le jeune homme, n'y a-t-il pas moyen de changer cela? - Si, bien sûr, répondirent les fantômes, et ils lui expliquèrent sans plus se faire prier qu'il devait faire ensemencer le champ par sept jeunes filles. Alors, les fruits en seraient épargnés. Et même, comme ils le trouvaient sympathique, ils ajoutèrent: - Après cela, si tu as besoin de nous, tu n'auras qu'à dire: 'Fantômes, je suis dans le besoin, aidez-moi!', et nous t'aiderons. Le fils rentra chez lui et annonça la nouvelle à son père. Tout fut fait selon la volonté des fantômes et les fruits furent épargnés. Par ailleurs, dans le pays où le paysan et ses fils vivaient sévissait un dragon qui, chaque année, s'emparait d'une jeune fille tirée au sort. Cette année, c'était la fille du roi, et tout le pays était profondément triste car la princesse était aimée de tous. Cependant, personne n'avait le courage de braver le dragon. Et le jour funeste arriva. Tous les villageois étaient présents pour voir ce qui se passerait, y compris les deux fils aînés du paysan à raves. Ils s'opposaient à ce que leur jeune frère les accompagne. Le benjamin insista tellement auprès de son père que celui-ci finit par céder, mais à une condition: il devait être revenu le premier. Le père ne s'opposait en effet pas à ses deux fils aînés: - Ce serait fâcheux pour tes frères s'ils apprenaient que tu y es allé sans avoir fini ton travail! Enfin, le jeune homme prit la route, mais en chemin il s'écria: - Fantômes, je suis dans le besoin, aidez-moi! Et les fantômes apparurent, fidèles à leur promesse: - Que désires-tu? - Des habits de prince, un excellent cheval et une bonne épée pour combattre le dragon! Et c'est tel un prince sur son noble destrier qu'il arriva sur les lieux du massacre et livra combat au dragon. Il fut si valeureux que, sur les sept têtes du dragon, il en coupa deux, et le dragon s'enfuit. Mais la bataille n'était que partie remise... Après avoir rendu les présents aux fantômes, le jeune homme rentra chez lui... le dernier! Furieux, ses frères le rossèrent et le traitèrent de bon à rien: ils ne l'avaient absolument pas reconnu lors de sa bataille avec le dragon. Le lendemain, le dragon devait revenir. Le jeune homme supplia encore son père qui céda à nouveau, en lui faisant la même recommandation que la veille. A nouveau, le jeune homme appela le fantôme et celui-ci l'aida. Quand le dragon sortit de son trou, il perdit encore deux têtes. Le temps de rendre au fantôme ce qu'il lui avait prêté, le jeune homme arriva encore le dernier chez lui. Ses frères le punirent encore bien plus que la veille. Le troisième jour, le jeune homme parvint à nouveau à se rendre là où le dragon devait emmener la fille. Déployant toute son énergie, il coupa les trois dernières têtes du dragon. Alors, il demanda le mouchoir de la princesse afin d'y glisser les trois langues des têtes coupées ce jour-là, puis il s'en alla. De retour chez lui, le jeune homme raconta ce qui s'était passé à son père, et, dès le lendemain, ils se rendirent au palais royal. Ils furent reçus par le roi et sa fille qui reconnut son sauveur: celui-ci montrait pour preuve les trois langues du dragon déposées dans le mouchoir de la princesse. Convaincu, le roi lui offrit un château et de merveilleuses richesses. Entre temps, le fils du paysans à raves et la fille du roi étaient tombés amoureux... Le roi organisa alors pour eux de magnifiques noces, et ils vécurent alors heureux jusqu'à la fin des temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manga-jeux-livre.skyblog.com
ichi
Ecrivain
Ecrivain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2047
Age : 25
Où demeures-tu ? : vive la belgique ^^
Ton livre préféré ? : principalement harry potter et Gemmel
Avertissements : 1
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Sam 7 Fév - 20:52

Flandre orientale

Par dessus les haies et les buissons (Stekene)

Un homme soupçonnait sa voisine d'être une sorcière. Un jour, il voulut en avoir le coeur net, et il alla lui rendre visite en espérant la démasquer. Il resta toute l'après-midi chez elle, et, le soir venu, il prétexta un mal de tête terrible qui, disait-il l'empêchait de rentrer chez lui. Il finit par convaincre la femme de dormir chez elle.
Faisant ainsi semblant de dormir, il l'épia, et ne fut pas déçu!
Elle avait ouvert une armoire où elle avait pris un pot rempli d'une sorte de graisse. Elle s'en était badigeonné le front, avait remis le pot à sa place et avait dit:
- Par dessus les haies et les buissons!
Ensuite, elle avait disparu.
Notre homme, emporté par sa curiosité, s'empara du petit pot, s'en enduit le front et dit:
- A travers les haies et les buissons!
Et oui, il s'était trompé dans la formule magique: c'est bien à travers les ronces, les haies et les buissons qu'il a rejoint la sorcière et ses nombreuses consoeurs. Elles se sont bien vite aperçues qu'il était là: il avait le visage tout ensanglanté.
- Comment es-tu arrivé ici? lui demanda sa voisine.
Et il lui expliqua comment il s'y était pris. Celle-ci ne se fâcha même pas et lui expliqua la bonne manière de faire:
- Tu es plein de sang à cause des ronces, tu as dit les paroles de travers. Dis-les autrement à présent: dis 'Par dessus les haies et les buissons! ' et retourne chez toi!
Et c'est ce qu'il fit. Et on raconte qu'après cet épisode, jamais plus il n'osa retourner chez cette femme, maintenant qu'il savait qu'elle était une sorcière...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manga-jeux-livre.skyblog.com
ichi
Ecrivain
Ecrivain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2047
Age : 25
Où demeures-tu ? : vive la belgique ^^
Ton livre préféré ? : principalement harry potter et Gemmel
Avertissements : 1
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Sam 7 Fév - 20:53

Anvers

Slaapt in 't Stro (Wavre-Notre-Dame)

Vers le 18ème siècle, des soldats français étaient de passage à Wavre-Notre-Dame. Sur le chemin, ils perdirent la caisse du corps de troupe, c'est-à-dire un trésor. Quand les autorités s'en aperçurent, les soldats furent renvoyés dans cette ville: ils devaient retrouver cette caisse car elle contenait des richesses.
Le paysan de " Slaapt in 't Stro ", c'était le nom de sa ferme, chez qui les soldats avaient laissé la caisse, l'avait cachée sous un tas de fumier afin que personne ne la trouve, il voulait tout garder pour lui. Et les malheureux soldats ne la trouvèrent pas. Pour cette faute, ils furent exécutés.
Le fermier était donc riche. Pourtant ses affaires n'allaient pas bien: chacune à leur tour, ses bêtes mouraient dans l'étable. Se doutant que tout cela était la conséquence de son méfait, le paysan finit, à contre coeur, par se confesser au curé. Et le curé lui dit: - Prenez une mesure de froment et comptez les grains. Ensuite, rendez autant de pièces d'or que vous avez compté de grains à la caisse de l'armée. Ce qui reste du trésor, consacrez-le aux bonnes oeuvres.
Mais le paysan était très avare, il ne suivit donc pas les conseils du curé. Mal lui en prit, car, à partir de ce jour, et ce, tous les cent ans, un char infernal attelé de quatre chevaux de feu et mené par une femme s'est mis à tourner près de l'étable et sur le faîte du toit. Mais surtout, certains jours, surtout ceux où il y avait de la tempête, des événements étranges se passaient à la ferme: des choses effrayantes venaient hanter la maison, la bâtisse était pleine de hurlements, les portes claquaient violemment, des vaches étaient retrouvées mortes, leurs deux cous emmêles dans une seule chaîne...
Mais le fermier était tellement avare que, jamais, malgré tout cela, il ne s'est décidé à rendre le trésor...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manga-jeux-livre.skyblog.com
ichi
Ecrivain
Ecrivain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2047
Age : 25
Où demeures-tu ? : vive la belgique ^^
Ton livre préféré ? : principalement harry potter et Gemmel
Avertissements : 1
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Sam 7 Fév - 20:53

Limbourg

Les Saintes Hosties

Il y a bien longtemps, au quatorzième siècle, vivait un chapelain. Un jour, il fut appelé pour porter les derniers sacrements à un habitant de Viversel qui était à l'article de la mort. Arrivé près du malade, il déposa sur un table les vases sacrés où se trouvait la sainte hostie. Il la laissa malencontreusement sans surveillance, et des hommes qui étaient là la touchèrent de leurs mains impures et sans aucun respect, à l'insu du chapelain. Quand le chapelain voulut donner les saints sacrements au malade, il s'aperçut que la sainte hostie était couverte de sang! Les gouttes qui en découlaient avaient même transpercé le linge sur lequel elle était déposée, ainsi, le sang, le linge et l'hostie adhéraient ensemble... Constatant les conséquences de son manque d'attention, le chapelain tenta de n'en rien laisser paraître et ramena la sainte hostie dans cet état miraculeux dans son église de Viversel où elle resta pendant cinq jours. Ne sachant si la sainte hostie devait être conservée toute sanglante, ni si ce miracle surprenant devait rester caché ou être porté à la connaissance des fidèles et proposé à leur vénération, le chapelain alla demander conseil à son pasteur de l'église-mère de Lummen. Celui-ci l'envoya à son tour chez un homme, qui par son savoir et ses vertus était digne de considération et de confiance: le pieux et sage Simon, moine de l'abbaye d'Aulne. A peine était-il arrivé dans la lande silencieuse, à quelque distance de la chapelle, que Dieu commença à dévoiler par des miracles l'abondance de ses bienfaits: un troupeau de moutons se jeta à genoux et montra des signes de respect et d'adoration au Dieu caché qui passait. Les innocents agneaux de la lande purent ainsi les premiers témoigner leur vénération envers le divin agneau qui enlève les péchés du monde. Ensuite, alors que le prêtre approchait d'Herckenrode, les deux cloches de l'abbaye se mirent à sonner d'elles-mêmes, et à son entrée, des religieuses entonnèrent le début de la sainte messe ainsi: " Maintenant je sais pourquoi le Seigneur a envoyé son ange ". Profondément ému, le chapelain résolut de placer sur l'autel son trésor caché. A son arrivée, le moine d'Aulne, appelé Adam, qui chantait la sainte messe, et qui se trouvait à l'autel, se retourna et s'agenouilla sans rien savoir de ce qu'il avait apporté. A ce moment, le Divin Sauveur se montra d'une façon apparente sur l'hostie miraculeuse: Jésus-Christ apparut sous forme humaine, couronné d'épines resplendissantes. Tous les assistants furent transportés d'étonnement et une femme possédée de l'esprit malin fut délivrée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manga-jeux-livre.skyblog.com
ichi
Ecrivain
Ecrivain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2047
Age : 25
Où demeures-tu ? : vive la belgique ^^
Ton livre préféré ? : principalement harry potter et Gemmel
Avertissements : 1
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Sam 7 Fév - 20:54

Brabant flamand

Quentin et la mouche (Leuven -> Louvain)

Il y a bien longtemps, dans la ville de Leuven, vivait un forgeron. Le brave homme avait un fils prénommé Quentin. Enfant, Quentin connaissait déjà les rudiments du métier de forgeron, et, devenu un jeune homme, il devint expert dans la confection de fers à cheval, d'épées, mais aussi d'objets qui relevaient du domaine de l'art. Son père se réjouissait de voir que Quentin prendrait facilement la relève. Quentin n'envisageait d'ailleurs pas d'autre avenir: il avait acquis une habileté manuelle peu commune, et, surtout, un grand amour pour la lumière hésitante des flammes. Quand sa journée de travail était terminée, il s'asseyait sur un banc, devant la forge de son père, et regardait passer les gens. Quentin aimait beaucoup les observer. Un jour, ses yeux se posèrent sur une jeune fille et ne purent plus s'en détacher tant elle était merveilleuse. Bien vite, son coeur ne battait plus que pour elle, à tel point qu'il se postait chaque jour sur le banc pour avoir le bonheur de la voir passer. Les jours où elle ne passait pas, Quentin était d'humeur triste et morose, il battait le fer avec rage. Mais quand il l'apercevait, son coeur était empli de joie et de bonne humeur. N'osant pas l'aborder, il décida de la suivre pour savoir où elle habitait. Son désespoir fut immense quand il apprit qu'elle était la fille d'un peintre célèbre de la ville: jamais il n'aurait les moyens d'épouser une riche héritière... Quentin se mit alors à dépérir...
Un jour pourtant, son tourment, sa rage aussi, étaient si grands qu'il décida de se faire engager chez le peintre célèbre en tant qu'ouvrier pour mélanger les couleurs: c'était le seul moyen de côtoyer Magdeleine, sa bien-aimée. Le père de Quentin trouva cette idée absurde:
- Cette Magdeleine n'est pas une fille pour toi, elle est d'ailleurs fiancée à un jeune peintre de talent qui travaille dans l'atelier de son père. Et puis tu as un bon métier, il y a des tas d'autres filles qui seraient prêtes à faire ton bonheur! Mais Quentin suivit son projet. Les conditions de travail étaient bien difficiles, mais ce n'était rien en échange de la voir, elle, chaque jour. De plus, il apprenait beaucoup: il observait son maître et ses apprentis travailler, et, bientôt, les lois de la perspective et la recherche de la lumière n'eurent plus de secrets pour lui. Pour s'exercer, Quentin dessinait sur les murs de sa chambre, le visage de Magdeleine...
Un jour, elle entra en pleurs dans l'atelier: elle avait surpris son fiancé en train d'en courtiser une autre. Ne parvenant pas à la consoler, son père décida finalement de renvoyer cet apprenti qui, pourtant, travaillait si bien. Dans ses sanglots, Magdeleine avait laissé tomber son mouchoir. Quentin s'empressa de le ramasser et fut récompensé par un sourire de la jeune fille qui lui réchauffa le coeur.
Une place d'apprenti était donc disponible. Quentin se proposa, argumentant qu'il avait eu déjà bien le temps d'observer l'art de peindre, et qu'il avait profité des conseils donnés aux apprentis par le maître. Il ajouta:
- J'aimerais beaucoup reproduire les ombres et les lumières que j'ai regardées tant de fois quand je travaillais dans la forge.
Mais le grand peintre refusa de " laisser gâcher ses belles toiles par un broyeur de couleurs ". Ne s'avouant pas vaincu malgré les nombreux refus qu'il essuyait chaque fois auprès de son maître, Quentin continua à s'exercer en cachette sur les murs de sa chambre.
Un jour, s'estimant prêt à montrer de quoi il était capable, Quentin se mit au travail dès l'aube. Il avait choisi de travailler sur le tableau préféré de son maître, celui qui représentait " l'Annonciation ". La Vierge peinte sur cette toile ressemblait d'ailleurs étrangement à Magdeleine. Alors que toute la maisonnée dormait encore, Quentin s'affaira pendant plusieurs heures devant ce tableau.
A peine entré dans l'atelier, son maître poussa de grands cris: une mouche s'était posée sur le nez de la Vierge Marie! Il essaya par tous les moyens de la faire s'envoler, mais rien n'y faisait: la mouche restait inébranlable. Alors, le grand peintre s'approcha de plus près... Quel ne fut pas son étonnement quand il se rendit compte que cette fameuse mouche n'était pas vivante, mais peinte avec une telle précision qu'on pensait pouvoir la prendre entre ses doigts! Sa colère n'en fut que plus grande:
- Qui a osé porter la main sur le tableau dont je suis le plus fier? J'exige que celui-là se dénonce immédiatement sous peine d'être chassé de la maison sur le champ!
Inutile de vous dire que Quentin n'en menait pas large... Il se dénonça pourtant:
- C'est moi maître, je l'avoue humblement. Il me fallait absolument prouver que j'étais moi aussi capable de reproduire le monde sur une toile. Maintenant, faites de moi ce que vous voudrez...
Le maître s'adoucit et, reconsidérant l'oeuvre, reconnut que Quentin avait largement prouvé son talent. Il prit donc le jeune homme comme apprenti tout en lui prédisant une brillante carrière de peintre.
Quentin était aux anges! Son bonheur fut parfait quand il s'aperçut qu'il avait déjà conquis le coeur de Magdeleine: la jeune fille avait été touchée par la ferveur et la douceur qu'elle avait lues dans le regard du serviteur, elle était déjà amoureuse de lui. Le maître peintre ne fit d'ailleurs aucunes difficultés à leur mariage: Quentin était en effet devenu son élève préféré.
Leurs noces furent donc célébrées avec faste. Quentin devint un peintre renommé et Magdeleine fut l'une des plus grandes admiratrices de ses oeuvres. Dans la bonne ville de Leuven, les gens disent qu'ils vécurent très heureux ensemble, et que s'ils ne sont pas morts, leur bonheur est encore parfait aujourd'hui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manga-jeux-livre.skyblog.com
ichi
Ecrivain
Ecrivain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2047
Age : 25
Où demeures-tu ? : vive la belgique ^^
Ton livre préféré ? : principalement harry potter et Gemmel
Avertissements : 1
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Sam 7 Fév - 20:55

Hainaut

Les Couquebakes (Ellezelles)

Il y avait une fois un château qui dominait la colline. On disait qu'il était hanté. Les dernières personnes qui avaient habité cette demeure s'en étaient allées, car le fantôme qui y avait élu domicile était particulièrement remuant... Tous les villageois en avaient peur, si bien que plus personne ne voulait habiter le château, et même, on évitait de passer à proximité. On en parlait beaucoup au village, mais personne ne se décidait à faire quelque chose. Un jour, Octave, le cordonnier, releva le défi:
- Ce fantôme ne me fait pas peur! Cette nuit, j'irai au château, et pour passer le temps, je ferai des couquebakes! (comprenez des crêpes). Donnez-moi les ingrédients nécessaires, je m'en vais les cuire au château!
Et il partit vers l'étrange demeure... A la nuit tombée, il pénétra dans la cuisine du château. Il alluma un grand feu et commença son ouvrage. Il s'apprêtait à verser la première louche de pâte dans la poêle quand il entendit frapper un grand coup au plafond et une voix rauque qui disait:
- Est-ce que je peux tomber?
Et Octave répondit calmement:
- Oui, mais pas dans mes crêpes! C'est un bras qui tomba!
Octave, sans plus d'hésitation, le jeta derrière lui afin d'avoir plus d'aisance pour continuer à faire cuire ses couquebakes. On cria encore:
- Est-ce que je peux tomber?
Sans se démonter davantage, Octave répondit à nouveau :
- Oui, mais pas dans mes couquebakes!
Un autre bras tomba, puis ce furent les jambes, le tronc et la tête... Alors on n'entendit plus rien, tout était calme. Mais quand Octave se retourna, il tomba nez à nez avec un squelette! Gardant son sang froid, Octave lui adressa la parole et lui demanda s'il voulait une couquebake. Mais le squelette ne répondait pas. Octave commençait à s'énerver quand le squelette lui dit de l'accompagner dans la cave...
- D'accord, mais tu passes le premier! répondit Octave, car il se méfiait quand même, et il le suivit. Au fond de la cave, le squelette indiqua trois pots à notre villageois. Le premier pot était plein de pièces d'or, le deuxième de pièces d'argent et le troisième de pièces de monnaie ordinaire. Octave n'en croyait pas ses yeux. Le squelette lui dit:
- Le pot d'or, c'est pour faire dire des messes pour les défunts du château, l'argent, c'est pour distribuer à tous les pauvres du village, et le troisième pot, celui rempli de monnaie, c'est pour toi.
- D'accord, dit Octave, mais le squelette avait déjà disparu.
Honnête homme, Octave était décidé à faire ce que le squelette lui avait dit. Il remonta donc avec les pots, et pensait tellement à faire son devoir qu'il en oublia même ses couquebakes... Octave regagna le village et alla directement trouver le curé pour lui remettre le pot d'or. Ensuite, il alla distribuer l'argent aux pauvres. Enfin, il garda la monnaie pour lui, il l'avait bien méritée! Le curé dit donc des messes pour les défunts du mystérieux château. Peu après, les villageois s'aperçurent que le château n'était plus hanté: le fantôme l'avait abandonné car les messes de monsieur le curé lui avaient permis d'entrer au paradis. De nouveaux châtelains intégrèrent alors la demeure, et y vécurent en paix. Octave, quant à lui, vivait toujours au village, mais à présent, il était devenu un héros, riche de surcroît!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manga-jeux-livre.skyblog.com
ichi
Ecrivain
Ecrivain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2047
Age : 25
Où demeures-tu ? : vive la belgique ^^
Ton livre préféré ? : principalement harry potter et Gemmel
Avertissements : 1
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Sam 7 Fév - 20:56

Luxembourg

Berthe de la Roche (La Roche en Ardennes)

Il y a bien longtemps, dans un village de la haute Amblève, vivaient un fermier et sa fille. Ce fermier était un homme incroyablement avare, ce qui le rendait bien impopulaire. Aussi, plus personne ne prenait le chemin de sa ferme, même les valets ne se présentaient plus tant ils étaient maltraités par le méchant homme. Sa fille s'appelait Gertrude, et heureusement pour elle, elle était aussi belle et gentille que son père était laid et méchant. Elle s'accommodait de tous les travaux attribués aux femmes et ne se plaignait pas, essayant toujours de satisfaire son père. Bien en vain...
Il arriva cependant qu'un valet se présenta à la ferme, au grand étonnement du fermier. Le valet en question s'appelait Le seigneur de La Roche, veuf et voyant l'âge avancer, s'inquiétait pour sa fille. Berthe était une des plus belles demoiselles de la région. Ses cheveux dorés délicatement ondulés couraient sur ses épaules fragiles. Ses lèvres légèrement pourpres et son teint doucement nacré donnaient à son visage un air d'ange. Tendre et sage, elle laissait sous le charme dès le premier regard. Mais la jeune fille gâtée par la naissance n'était pas pressée de se marier. Les prétendants étaient repoussés sitôt arrivés.

Trop de choix ? Peut-être. Le père se dit qu'il fallait pourtant un protecteur pour le temps où il ne serait plus. Décider lui-même qui serait l'heureux mari aurait été facile. Mais le bon seigneur ne voulait pas imposer ses vues. Il décida d'organiser un grand tournoi. Le valeureux vainqueur prouverait par sa bravoure ses qualités d'époux.Toute la noblesse fût avertie du jour et de l'heure. Les jeunes hommes de la région s'affairaient. Ils en perdaient presque la tête rien qu'à l'idée de se retrouver aux côtés de la belle. Et par delà ces contrées, Berthe avait aussi séduit à des lieues du châteaux.


La nouvelle était parvenue jusque Montaigu, dans le nord. Le défi piqua la curiosité de Waleran le fort, bien que déjà promis par ailleurs. Le fils aîné du comte de Montaigu était fiancé à Marie de Salm, jeune fille sombre et sans faste. Leurs parents avaient convenu d'un mariage depuis un an déjà.Waleran, aimant les armes et les joutes, n'en fit qu'à sa tête. Il trépignait d'impatience à l'idée de contempler cette beauté pour laquelle tant d'hommes étaient prêts à se battre.


Il ne regretta pas le voyage. Berthe était plus douce que le miel, plus gracieuse que le cygne. Il en tomba éperdument amoureux. Et Berthe, troublée par de si nobles sentiments, ne resta pas indifférente. Depuis leur rencontre, chaque moment, chaque pensée était pour leur amour. Waleran l'infidèle oublia presque sa promise.


Avant de regagner Montaigu, Waleran serra la belle dans ses bras une dernière fois. Il lui promit de revenir pour le tournoi. Bâti comme un roc, la victoire lui serait assurée. La jeune fille coupa une mèche de ses cheveux soyeux et lui glissa entre les doigts. Une preuve de son amour, un porte-bonheur pendant le combat. Marie sentit venir la trahison. Waleran ne dit rien. Il ne voulait pas décevoir. Mais en arrivant chez la fiancée, le jeune homme déposa sa toque d'où tomba les longs fils dorés. La fille de Salm le jeta à la porte, outrée et profondément déchirée.


Le tournoi arrivé. Dans un château décoré pour les noces, des jeunes gens accouraient de partout. Tous plus forts les uns que les autres. La tension montait au fil des épreuves. Waleran avait été courageux. Il allait sortir triomphal des combats quand un cavalier surgit à la dernière minute. Les juges discutèrent longtemps, hésitèrent. Le combat final fût accepté de justesse. Le mystérieux cavalier tout vêtu de noir était plutôt chétif. Waleran n'en ferait qu'une bouchée. Le premier coup fût retentissant mais la sombre armure résista. A la deuxième attaque, les lances volèrent en éclats. Berthe frissonna. Un mauvais pressentiment.


La troisième tentative fût la bonne. Waleran tomba de sa monture et roula dans la poussière. Le jeune châtelain disparût, chassé par sa honte. Berthe, pâle, s'inclina, le chagrin au bout des yeux.
Les épousailles prolongèrent le tournoi. Malgré l'insistance du seigneur de La Roche, le sombre cavalier refusa de laisser entrevoir son visage. Le jeune époux voulait sans doute garder la surprise pour sa nouvelle compagne. Alors quand la noce fût bien entamée, il conduisit la tendre Berthe vers la chambre nuptiale.
Un cri terrible jaillit dans la nuit. Le bon père se pressa, le cœur battant pour sa fille. Sans reprendre son souffle, il enfonça la porte des mariés. Une bise violente lui glaça le sang. Personne. Juste une fenêtre ouverte sur le vide. Et en bas, le corps de Berthe gisait sans vie. Le mystérieux cuirassé avait disparu.
Après des années de recherches, on découvrit que le cavalier noir n'était autre que Marie de Salm. Son sang changé en venin, elle n'avait plus eu en tête que l'idée de se venger de son amant infidèle. On raconte qu'elle aurait vendu son âme au diable pour battre Waleran au tournoi. C'est après l'avoir poignardé qu'elle jeta le corps de Berthe par la fenêtre. Puis se sentant perdue, elle aurait voulu la suivre dans la mort. Mais le diable la saisit au passage et l'emmena en enfer. Voilà pourquoi on ne retrouva pas son corps aux côtés de la douce.


Depuis la nuit du crime, le spectre de Berthe de La Roche revient hanter le château. Elle déambule et tombe pour la énième fois du haut des remparts. Et si on tend l'oreille, on distingue comme une plainte qui revient du tréfonds des temps. br>

Un bout d'histoire br>

Plusieurs fouilles ont permis de répondre aux énigmes historiques du château de La Roche, situé au cœur de l'Ardenne. Les ruines attestent de sa construction dès le XI -XIIe siècle. A cette époque, la place forte jouait un rôle stratégique dans la protection et le développement du centre commercial, devenu entre temps une étape sur la route des laines anglaises vers la Lombardie.
Le château sera habité jusqu'en 1780. Il avait été transformé en logis seigneurial par les Français à la fin du XVIIe siècle. Mais abandonné par Joseph II, les murs tombèrent en ruines et l'endroit servit juste de réserve de matériaux aux Rochois du siècle passé.
On peut aujourd'hui se promener au milieu des vielles pierres et se replonger dans l'ambiance de l'époque. La fenêtre par laquelle aurait été jetée Berthe est d'ailleurs toujours visible et la chambre des époux est accessible aux visiteurs. Avec un peu d'imagination, on peut même revivre le tournoi et les noces qui s'en suivirent ! Mais quand la bonne saison revient, faites attention… Le fantôme prend forme et pourrait vous effrayer. Il apparaît de Pâques à fin septembre le samedi à 21h. Et du 10 juillet au 23 août, tous les jours à 22h. Petite exception, le fantôme ne vient pas par temps de pluie. Un fantôme aussi a ses exigences !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manga-jeux-livre.skyblog.com
ichi
Ecrivain
Ecrivain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2047
Age : 25
Où demeures-tu ? : vive la belgique ^^
Ton livre préféré ? : principalement harry potter et Gemmel
Avertissements : 1
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Sam 7 Fév - 20:57

Luxembourg

La ferme aux couleuvres ()

Il est des endroits sur Terre qu'on n'oublie jamais. Il est un rocher sur la côte du Satti qu'une famille maudit à jamais. Cette masse grise s'élève majestueusement devant un grand méandre de la Semois, entre Bouillon et Dohan. Le " Rocher des fées ", le rocher des déesses, le rocher des destins. Des femmes surnaturelles belles comme des lunes argentées s'y rassemblent dès que la lumière du jour s'est dissipée. Elles dansent et dansent encore. Leur tête tourne, leurs pensées se mélangent. Les fées ne forment plus qu'un tourbillon d'où émane leur puissance magique dans toute sa splendeur. Leurs terribles pouvoirs se répandent alors à travers les arbres, les maisons et toute la région, tels un nuage noir qui s'évapore sans odeur. Les charmeuses détiennent au creux de leurs mains les destinées des hommes.

Une des fées avait un fils, Yahourite. Cette histoire est une des celles que les anciens racontent encore dans la vallée de la Semois. C'était il y a bien longtemps. Yahourite aimait se promener, sentir au printemps les fleurs sauvages encore en bouton. Louison était la plus éclatante d'entre elles. La jeune paysanne embaumait l'air ambiant de sa fraîcheur. Son parfum étourdit Yahourite dès la première bouffée. Il reconnut dans ses yeux cette étincelle qui mélange la bonté et la joie de vivre. Il sut que ce serait elle et personne d'autre.


Les semaines s'écoulèrent tandis que le bonheur prenait racine dans les deux jeunes cœurs. Le temps fît petit à petit naître ses promesses. Mais le père de Louison, un modeste fermier, ne vit dans cette alliance que le mal enlaçant sa fille. A l'heure venue, il repoussa le prétendant avec fermeté. Yahourite vit sa vie s'effondrer devant lui. La colère prit alors le dessus. Le jeune homme quitta la ferme et s'en retourna au plus vite au Rocher.


La mère de Yahourite considéra ce refus comme un affront inadmissible de la part d'un simple paysan. L'honneur de son fils serait vengé. La puissante fée mit en œuvre toute sa magie. Une fois les terribles gestes exécutés, une fois les terribles mots prononcés, des milliers de couleuvres s'insinuèrent dans la ferme comme de la lave bouillonnante à travers un paysage d'été. Le moindre espace était couvert par ces horribles reptiles. Le bruit du glissement de leur peau luisante provoquait des frissons et des picotements dans toutes les parties du corps. Les couleuvres tétèrent les vaches, gobèrent les œufs. Rien ne fut laissé au hasard. Plus on en tuait, plus elles étaient nombreuses.


Le fermier et sa famille n'en purent plus de cette invasion. Leur force les quittait. La fatigue grandissait en même temps que la peur laissait place à la mort. Le père de Louison, dans un dernier sursaut, eut l'idée de faire venir un rebouteux. L'homme examina la situation puis il ordonna de ramasser tout le bois qu'on pourrait trouver, jusqu'à la moindre brindille. Il fit ensuite un énorme feu. Les reptiles brûlèrent les uns après les autres, ne laissant comme trace que la fumée grise que l'on apercevait à des lieues à la ronde. Une couleuvre cependant fut sauvée des flammes. La plus grosse, la plus repoussante, la plus terrifiante. C'était la reine. Le rebouteux conseilla au fermier de l'épargner. Si elle venait à mourir, il lui arriverait grand malheur. Mais le fermier dans une rage subite n'en fit qu'à sa tête. Il prit son couteau le plus tranchant et décapita l'horrible bête.


Ce qui avait été dit arriva. Le paysan et sa famille furent dépossédés de tous leurs biens. Leur vie ne fut plus que misère. Et la ferme qui faisait leur fierté tomba en ruine. Mais en souvenir de cette étrange aventure, on appelle encore l'endroit qui borde la Semois " La ferme aux couleuvres ", ce lieu où la rivière trace une boucle sur la terre, telle un reptile.


Le saviez-vous ? La "Roche des fées" est une terrasse rocheuse. Elle est traversée par une faille profonde, le logis des fées. On raconte que la nuit de Noël, il ne fait pas bon s'y hasarder. Il s'y déroule d'étranges phénomènes… Aux douze coups de minuit, la roche tourne de cent quatre-vingt degrés sur elle-même. C'est pour cette raison qu'on l'appelle aussi la "Roche qui tourne".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manga-jeux-livre.skyblog.com
ichi
Ecrivain
Ecrivain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2047
Age : 25
Où demeures-tu ? : vive la belgique ^^
Ton livre préféré ? : principalement harry potter et Gemmel
Avertissements : 1
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Sam 7 Fév - 20:57

Liège

Gilles Pafflard (Conte)

Gilles Pafflard, il habitait juste un peu plus bas dans le village, il savait donc bien quel genre d'homme était le fermier. En fait, Gilles avait la réputation d'être un jeune homme très paresseux, plus prompt à faire des blagues qu'à manier la bêche... C'est à la suite d'une querelle avec ses parents à cause de sa paresse qu'il s'était décidé à devenir valet chez ce fermier-là. Il ne l'avait pas choisi au hasard, il avait une raison, une très bonne raison: Gertrude lui plaisait... Il prit donc le chemin de la ferme. Arrivé là, il fut accueilli par la hargne du chien de garde, puis par la mauvaise humeur du fermier:
- Si tu es mendiant ou colporteur, passe ton chemin! Nous n'avons besoin de rien et nous sommes bien trop pauvres pour faire la charité!
Bien loin de se démonter, Gilles répondit hardiment qu'il venait lui proposer de travailler pour lui, en échange seulement d'un peu de pain. Le fermier se méfiait et commença par refuser, mais il finit par accepter: Gilles proposait en effet de ne lui donner salaire que si son employeur était satisfait de ses services. Le jeune homme fut donc envoyé travailler dans un champ qu'il devait avoir terminé de faucher avant la tombée du soir, sans quoi il ne serait pas payé. Gilles s'en alla joyeusement vers son lieu de travail. Arrivé là-bas, il se coucha sous un arbre pour profiter de ce beau jour d'été... Le soir allait tomber quand il se décida à s'agiter un peu. Il sauta sur ses pieds et commença à arpenter le champ et la campagne environnante. Il ramassa des bousiers, ces insectes qui ont l'habitude de se nourrir d'excréments, ainsi que de nombreux vers trouvés dans des fruits et sous l'écorce des arbres. Estimant sa récolte suffisamment abondante, il emballa les insectes dans des morceaux de toile et reprit le chemin de la ferme. Là Gertrude attendait son retour avec impatience: en fait, Gilles lui plaisait bien, et elle avait passé une bonne partie de l'après midi à lui préparer amoureusement un bon repas. Mais Gilles était à peine arrivé à la ferme qu'il se trouva nez à nez avec le fermier qui sortait du cellier où il avait découpé et salé lui-même un cochon bien dodu.
- As-tu terminé ta besogne?
- Pour sûr, répondit Gilles avec beaucoup d'assurance.
Le fermier l'interrogea alors sur les paquets qu'il tenait en main:
- C'est un essaim d'abeilles, si vous voulez, je vous le vends à bon prix!
- Comment, s'esclaffa le fermier, cet essaim est à moi, tu l'as trouvé sur mes terres, comment oses-tu croire que tu as le droit de me le vendre?!
Gilles ne se laissait pas impressionner. En plus, le fermier s'énervait tellement qu'il dut faire quelques pas pour reprendre son souffle, il ne faisait plus attention à Gilles. Celui-ci en profita pour se glisser dans le cellier et répandre toute la vermine qu'il avait récoltée sur le cochon tout frais de l'avare... Il venait de remonter quand le fermier, qui s'était un peu remis de son étouffement, l'apostropha de nouveau, le menaçant de le mettre dehors s'il ne consentait pas à lui donner l'essaim d'abeilles. Alors Gilles répliqua:
- Faites ce que vous voulez, vous ne connaissez pas mon pouvoir... Il me suffit de dire trois voeux et ils sont exaucés sur le champ!
Devant l'incrédulité du fermier, Gilles prit un air digne et sérieux et prononça la formule magique:
- Krik, Krak, Patakrak! Démons et nutons, je vous appelle à l'aide! Faites que ces abeilles se transforment en bousiers, que le porc du saloir se couvre de vermine, et que l'herbe repousse dans le pré que j'ai fauché!
Le fermier ne voulait pas y croire, mais il était tout de même un peu effrayé. Son épouvante devint réelle quand Gilles ouvrit le sac qu'il tenait toujours en main: le sac contenait des bousiers et non des abeilles! Le fermier se précipita alors dans le cellier pour découvrir que, là aussi, la prédiction était accomplie, de même que, dans le pré, l'herbe était aussi haute que si nul n'y avait touché!
Fou de rage, l'avare ordonna à Gilles de quitter sa ferme immédiatement, mais celui-ci avait encore un mot à dire: - Je désire que vous me donniez votre fille en mariage et votre ferme en dot! Si vous refusez, je transforme votre argent en ...
Il n'eut pas le temps de terminer se phrase: le vieil avare était prêt à tout accepter pour garder ses écus. Quelques jours plus tard, c'est dans une grande joie que le mariage fut célébré. La mariée était aux anges, son bonheur la rendait plus belle encore. Gilles était un mari comblé: Gertrude continuait à tenir merveilleusement la maison et à cuisiner des plats succulents, comme elle l'avait toujours fait, et mieux encore.
L'avare vivait avec eux: Gilles lui avait fait cette faveur. Le fermier n'avait pas changé pour autant: il passait son temps à se morfondre en comptant et recomptant son or...
Par la suite, Gilles fit si bien fructifier le domaine qu'il devint plus riche que le fermier avare ne l'avait jamais été. Il devint même célèbre: dans la haute Amblève, quand on veut parler d'un homme fin et rusé, on dit de lui que c'est un Plaffard...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manga-jeux-livre.skyblog.com
ichi
Ecrivain
Ecrivain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2047
Age : 25
Où demeures-tu ? : vive la belgique ^^
Ton livre préféré ? : principalement harry potter et Gemmel
Avertissements : 1
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Sam 7 Fév - 21:04

Brabant Wallon

La grange au Diable (Longueville)

Tout le monde le sait, une grange ne se construit pas une nuit, à moins que qu'un être surnaturel n'y soit intervenu... En des temps anciens, l'homme était déjà avide de richesses facilement gagnées, et cela, ça a toujours fait les affaires du Diable. A cette époque, il était possible pour les gens d'entrer en contact avec lui et de signer un pacte. C'est ce qu'un habitant de Longueville fit: il signa un accord avec Satan où il était conclu qu'en échange de son âme, une grange magnifique serait élevée avant le premier chant du coq.

Le Diable ne perdit pas son temps et travailla avec tant d'ardeur qu'il était sur le point d'aboutir, mais c'était sans compter sur la femme de son client. Celle-ci était en effet très inquiète pour son mari. Elle était résolue à faire chanter le coq avant l'aube. S'emparant d'un livre, elle se plaça près du poulailler et fit jouer les pages de ce livre de façon à imiter un battement d'ailes. Entendant cela, le coq chanta, obligeant le Diable à s'en aller en laissant son ouvrage inachevé.


Cependant, l'espace de toiture qui n'avait pas été terminé pendant cette nuit ne put jamais - puisqu'on le constate encore aujourd'hui - être comblé, malgré de nombreuses tentatives...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manga-jeux-livre.skyblog.com
Botti
Ecrivain reconnu
Ecrivain reconnu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2711
Age : 26
Où demeures-tu ? : Dans le palais de la Nuit Eternelle
Ton livre préféré ? : Les liens du sang
Ta lecture en cours ? : Les Âmes vagabondes
Avertissements : 3
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Dim 8 Fév - 18:10

Interressant ... Même problème de terminologie ... Mais vraiment interressant je connaissait déjà Manekeen pis mais c'était vraiment bien ...

Question tu avait un site spécialiser pour tes recherches ? Ou tu a vagabonder sur la toile ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bartimeus
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4942
Age : 24
Où demeures-tu ? : Maraussan
Ton livre préféré ? : Comme dit Ryuuchan, tout est relatif, et cela seul est absolu :)
Ta lecture en cours ? : La Guerre des Cygnes T3 : L'île de la Bataille
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Dim 8 Fév - 19:08

Oui, je connaissais aussi Manekeen Pis, qui ne connait pas.
Mais c'était pas exactement cette version.

Au fait, dans l'Epouvanteur, il me semble qu'il y a un petit "clin d'oeil" si on peut appeller ca comme ça non?

_________________
"Beauté de la littérature : Je perds une vache. J'écris sa mort, et cela me rapporte de quoi acheter une nouvelle vache." de Jules Renard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.portfoliopro.fr
Botti
Ecrivain reconnu
Ecrivain reconnu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2711
Age : 26
Où demeures-tu ? : Dans le palais de la Nuit Eternelle
Ton livre préféré ? : Les liens du sang
Ta lecture en cours ? : Les Âmes vagabondes
Avertissements : 3
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Dim 8 Fév - 19:23

Je crois oui .. si tu fait reference a la mere malkin ...

Au fait le luxembourg n'est pas en belgique Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bartimeus
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4942
Age : 24
Où demeures-tu ? : Maraussan
Ton livre préféré ? : Comme dit Ryuuchan, tout est relatif, et cela seul est absolu :)
Ta lecture en cours ? : La Guerre des Cygnes T3 : L'île de la Bataille
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Dim 8 Fév - 19:27

Voilà, exactement Botti, c'est à elle que je pensais Wink

Je lirais la suite plus tard, c'est pas mal les petites histoires comme ça, qui servaient à endormir les petits enfants le soir.

_________________
"Beauté de la littérature : Je perds une vache. J'écris sa mort, et cela me rapporte de quoi acheter une nouvelle vache." de Jules Renard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.portfoliopro.fr
Botti
Ecrivain reconnu
Ecrivain reconnu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2711
Age : 26
Où demeures-tu ? : Dans le palais de la Nuit Eternelle
Ton livre préféré ? : Les liens du sang
Ta lecture en cours ? : Les Âmes vagabondes
Avertissements : 3
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Dim 8 Fév - 19:34

ca rappel les ghistoire que ma mamie me lisait qand j'etait tou petit .. au coin du feu sur la peau de zebres .. a cetait bien ... elle et son verre de whisky et sa clope .. a c'etait le bon temps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ichi
Ecrivain
Ecrivain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2047
Age : 25
Où demeures-tu ? : vive la belgique ^^
Ton livre préféré ? : principalement harry potter et Gemmel
Avertissements : 1
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Dim 8 Fév - 23:56

Kamuii a écrit:

Au fait le luxembourg n'est pas en belgique Wink


hahhahaha, supprimer ce message plizz avant que les autres belges s'évanouissent xD

avant d'affirmer des choses aussi horrible, botti, tu ferai bien d'aller voir la géographie de la belgique


THE CHOC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manga-jeux-livre.skyblog.com
yao
Chasseur de news
Chasseur de news
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4249
Age : 24
Où demeures-tu ? : en Suisse !
Ton livre préféré ? : L'Oeuvre de Tolkien !
Date d'inscription : 25/02/2008

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Lun 9 Fév - 0:00

Euh... je pense que t'as pas bien compris.

Kamuii a dit :
Le Luxembourg n'est pas en Belgique...

c'est juste non ?

_________________
[center]Elfes - Nains ! Un super forum !

(clic sur la bannière pour accéder au forum)


[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elfes-nains.forumactif.name/forum.htm
ichi
Ecrivain
Ecrivain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2047
Age : 25
Où demeures-tu ? : vive la belgique ^^
Ton livre préféré ? : principalement harry potter et Gemmel
Avertissements : 1
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Lun 9 Fév - 0:11

faut tout le temps tout prouver ici ...



en bas a droite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manga-jeux-livre.skyblog.com
yao
Chasseur de news
Chasseur de news
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4249
Age : 24
Où demeures-tu ? : en Suisse !
Ton livre préféré ? : L'Oeuvre de Tolkien !
Date d'inscription : 25/02/2008

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Lun 9 Fév - 0:12

Mais... mais le Luxembourg n'est pas en Belgique !

Tu veux dire que le Luxembourg est en Belgique ou quoi ??? xD

_________________
[center]Elfes - Nains ! Un super forum !

(clic sur la bannière pour accéder au forum)


[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elfes-nains.forumactif.name/forum.htm
ichi
Ecrivain
Ecrivain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2047
Age : 25
Où demeures-tu ? : vive la belgique ^^
Ton livre préféré ? : principalement harry potter et Gemmel
Avertissements : 1
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Lun 9 Fév - 0:16

ben oui, une carte ne te suffit pas a le démontrer ?

je ne sais pas par quel autre moyen je peut te le prouve
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manga-jeux-livre.skyblog.com
yao
Chasseur de news
Chasseur de news
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4249
Age : 24
Où demeures-tu ? : en Suisse !
Ton livre préféré ? : L'Oeuvre de Tolkien !
Date d'inscription : 25/02/2008

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Lun 9 Fév - 0:22

Rooo... bon, c'est mon dernier message concernant ce sujet parce que c'est vraiment hors-sujet. Je répète :

Le Luxemboug n'est pas en Belgique !
Le Luxembourg est un pays se situant au Sud-est de la Belgique. Nous sommes bien d'accord ? Okey

Alors Kamuii a dit :
Le Luxembourg n'est pas en Belgique !

C'est juste ce qu'il a dit ?! Non ?
Et pourtant, tu n'est pas d'accord... cela veut dire que tu penses que le Luxembourg EST en Belgique confused :D

_________________
[center]Elfes - Nains ! Un super forum !

(clic sur la bannière pour accéder au forum)


[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elfes-nains.forumactif.name/forum.htm
ichi
Ecrivain
Ecrivain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2047
Age : 25
Où demeures-tu ? : vive la belgique ^^
Ton livre préféré ? : principalement harry potter et Gemmel
Avertissements : 1
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Lun 9 Fév - 0:29

MAIS PUT***

vas voir dans un atlas chez toi si tu me crois pas

Kamuiii n'a pas toujours raison, c'est quand même mon pays non ?

va voir aussi sur toutes les carte que tu peux trouver sur google tant que tu y es
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manga-jeux-livre.skyblog.com
Botti
Ecrivain reconnu
Ecrivain reconnu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2711
Age : 26
Où demeures-tu ? : Dans le palais de la Nuit Eternelle
Ton livre préféré ? : Les liens du sang
Ta lecture en cours ? : Les Âmes vagabondes
Avertissements : 3
Date d'inscription : 23/06/2008

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Lun 9 Fév - 0:54

Ichi ... Tu m'a fait sortir mon atlas .. Yao et moi avons raison : le luxembourg est un pays frontalier de la belgique ... C'est une monarchie dont la fille fût très longtemps la compagne de felipe d'espagne ( avant son mariage )

Ichi ... Tu a tort reconnais le ... A et pense Au BENELUX de 1945 qui est une zone de libre echange entre les pays bas , la belgique et le luxembourg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yao
Chasseur de news
Chasseur de news
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4249
Age : 24
Où demeures-tu ? : en Suisse !
Ton livre préféré ? : L'Oeuvre de Tolkien !
Date d'inscription : 25/02/2008

MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   Lun 9 Fév - 1:18

Hahaha ! Stop ! Nous ne parlons pas du même Luxembourg !

Ichi parle de la PROVINCE de Luxembourg qu'on appelle plutôt le Luxembourg-belge pour ne pas confondre avec le PAYS du Luxembourg.

Ichi, Kamuii et moi parlons du PAYS du Luxembourg qui touche la Belgique, la France et l'Allemagne

Disons que le Luxembourg est plus connu pour son pays que pour la province belgique donc, ça nous paraissait logique pour Kamuii et moi ^^

Et bien... ichi, Kamuii, vous avez tous les deux raisons !!! :D

_________________
[center]Elfes - Nains ! Un super forum !

(clic sur la bannière pour accéder au forum)


[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elfes-nains.forumactif.name/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: mythologie sur la belgique   

Revenir en haut Aller en bas
 
mythologie sur la belgique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bouton à l'Hypogriffe - mythologie - Angleterre - XVIII à XXème
» Bis TV : pas officiel en belgique mais "toléré"
» les clochers de Belgique
» Belgique - Tourisme au plat pays
» Acer n° tél surtaxé ou pas? En Belgique.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Livres Fantastiques :: L'agora :: La Mythologie :: Les mythologies-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit